Junes Davis

A la une Chroniques Recettes

L’histoire déjantée la sortie d’Egypte & mes recettes de Pessah.

L’histoire déjantée de la sortie d’Égypte et mes recettes de Pessah.

Mardi dernier, j’ai commencé à écrire un article sur le thème de « Comment devenir auto-entrepreneur quand on est une femme, une mère, et relige ! ». À la veille de Pessah, je n’ai aucune envie de lire tout ce blabla de boulot ! Mon cerveau pense ménage/ menus/ gestion de ma cuisine, ainsi que ma liste de courses qui a pour but d’étouffer la peur complètement irrationnelle de crever la dalle ! Du coup, c’est le bon timing pour vous partager mes quatre recettes fétiches  que je cuisine uniquement pour la fête. C’est l’un des seul aspect qui me fait triper, même si j’avoue que l’ambiance, les coutumes, la lecture de la Haggadah et le mal de ventre ont quand même leur charme !

En écoutant un cours sur la sortie d’Égypte, je me suis imaginée tout un dialogue que nos aïeux auraient très bien pu avoir lors de leur premier Séder. Mon seul souci c’est que j’ai eu du mal à visualiser Moshé, Moïse pour les non-bilingues. C’est vrai que l’on a pas beaucoup d’indices sur son physique. Autant le Roi David et Yossef c’est ok. Le premier était roux et jouait de la harpe dans les champs et pour le second il était méga beau ! J’ai les yeux qui pétillent dès que je pense à lui. La ouf qui va très vite se calmer ! On sait juste que Moshé avait pour épouse Tsipora. Notons que celle-ci était de couleur et d’une beauté rare. Résultat je le vois tantôt en Daniel Levy, tantôt en Charlton Heston avec sa montre au poignet ! Selon la rumeur l’acteur avait oublié de l’enlever lors de la fameuse scène de l’ouverture de la mer rouge. Comme les producteurs n’avaient pas le budget pour refaire une prise, ils ont laissé telle quelle. Lorsque le réal’ a du voir les rushs il a du se dire : “À l’aise ça passe ! Ils verront rien à l’écran les petits gueux !”.

En tout cas, je vois d’ici Moshé donnait comme directive au peuple de ne pas sortir de chez eux afin de se protéger de l’ange de la mort. Pour se distinguer des maisons égyptiennes et êtres épargnés, les hébreux devaient mettre du sang sur les linteaux de porte. Leurs réactions auraient pu être celles-ci :

–Comment ça on a un couvre-feu le 14 Nissan au soir ?

–Bah oui, tu n’as pas entendu tout à l’heure ? On n’aura pas le droit de sortir avant qu’on nous en donne l’autorisation !

Le père, assis quelque part sur une paillasse en train de lire la gazette de Phar’.

–T’es sûre Néfertiti-Sarah ? Je crois que j’ai entendu que c’est à partir du 13.

–Non, non c’est le 14 ! J’ai même confirmé avec Cléo-Débo.

–Mais comment on va faire ? Je ne supporte pas de rester enfermé. J’ai la douda qui monte en moi et après je deviens nerveux ! Je ne vais pas tenir maman.

–Mon fils, tu vas faire ce que l’on te demande ! Dis-toi qu’en plus Moshé nous a donné une liste d’ingrédients trop bizarres à acheter.

–Genre quoi ?

–De l’agneau, des dattes, des noix, de la romaine. Pas de la laitue ! De la romaine ! La plus indigeste de toutes les salades !

–Et on va devoir manger le tout ensemble ?

–Je sais pas, mais on va devoir goûter à tout, c’est ce qu’il y a écrit.

–Comment ça me saoule ! Moi, je veux sortir ! Au moins pour faire mon jogging.

–Écoute-moi bien Ramsès-Jonathan, si tu sors, tu meurs alors sur ma vie que je meurs à l’instant si tu sors !

–Bon d’accord mais je sens que ça va être long.

–Pas sûr. Y a eu des rumeurs comme quoi l’Égypte va ré-ouvrir ses frontières et on pourra bientôt sortir du pays… libres.

Le père qui lève enfin le nez de son journal.

–De toute manière économiquement parlant avec les plaies et tout le bordel qu’il y a eu, le pays est ravagé. Ça vaut plus le coup de rester ! Je suis motivé pour aller en terre de Canaan.

–Si mes copains y vont, j’y vais aussi.

–Bon ce n’est pas tout mais moi j’ai un agneau à égorger dans la cours.

–Va aider ta mère mon fils. On reparlera de ça plus tard.

Cela me rappelle étrangement nos derniers mois avec cette 11e plaie d’Égypte ! Si ça se trouve peut-être que tout est arrivé pour nous préparer à aller en Israël. De mon côté, La 11e plaie m’a fait comprendre que de vivre loin de ma famille, de mes amis, du QJ d’Hachem c’est plus possible. Maintenant place aux choses sérieuses avec les recettes !

On a le Msoki même si je ne suis pas tunisienne, l’un de mes plats préférés ever ! La soupe de Matzbol-Kleindler. Le Harosette de ma grand-mère, même que je m’en prends au petit dej’ sur de la Matza après le 2e séder (Il faut laisser l’exclusivité aux deux Sédarim) et la dernière que je nomme le kiffe ultime : Matza Tarama ou Matza Nutella.

  1. Le Msoki de Pessah

Ingrédients :

Tous les légumes dont vous disposez.  

– 500 gr de paleron ou jarret

– 500 gr d’agneau (en option)

– 2 oignons

– Deux tomates fraîches ou de la tomates concassée-pelée en boite

– Des épinards

–Du céleri 1 branche.

–7 carottes

–3 courgettes

– 4 Pomme de terre

–3 cœurs d’artichauts.

–Sel, poivre, cumin, paprika, de l’ail. Option : de la rose.

–Prévoir de la coriandre fraîche si possible.

Option de légumes : fèves, petits pois, choux. 

Préparation :

1/ Faire cuire d’abord de la viande avec des oignons, de l’huile, du sel, du poivre.

2/ Coupez les légumes en petits morceaux.

3/ Une fois que la viande est dorée, versez dessus les tomates concassées ou les faire revenir les tomates fraîches.

4/ Prenez les épinards, le persil, la coriandre, les carottes, les navets, les artichauts coupés en quatre, une branche de céleri, plus les épices et mettez tout dedans en ajoutant de l’eau.

5/ Laisser mijoter 3-4 heures.

 2. La soupe de Matzbol-Kleindler.

200 grammes de Farine de Matza

3 œufs

de l’eau et du sel.

1 cube de bouillon

Dans un bol vous mettez la farine que vous allez mélanger avec les œufs. Vous rajoutez de l’eau. Vous formez des boules petites, moyennes ou grandes à votre convenance. Vous laissez reposer 15 minutes. Dans une casserole, faites chauffer de l’eau à feu doux. Ensuite vous mettez le cube dedans. Au bout d’une minute vous mettez une à une vos boulettes de Matza. Faites chauffer pendant 10 minutes toujours à feu doux. Servir chaud !

 

3. Le Harosette de ma Grand-mère Zal’.

Ingrédients :

300 gramme de dattes dénoyautées
1/2 pomme

250 gramme de noix épluchées
400 gramme d’amandes
2 C à soupe de jus de raisin mais vous pouvez aussi mettre du vin doux.

Option : Figue et noix de muscade.

Vous mettez tout dans un bol. Si vous pouvez tout passer au mixeur Cacher Lepessah c’est le top. Vous arrosez le tout de jus de raisin. Il faut obtenir une pâte dure. Mettre au frigidaire et sortez le Harossette 1h avant le seder afin de le mettre à température ambiante. Enjoy !

4. Matza Tarama ou Matza Nutella ou de la pâte à tartiner.

Achetez de la galette style Rozanski, à ne pas confondre avec le Polanski qui n’a rien  à voir, un pot de tarama et un pot de Nutella. Le lendemain du premier Séder, au petit dej’ ouvrez le paquet de galettes. Prenez en une. Étalez le Nutella dessus. Mangez. Cela marche aussi avec de la confiture.

Vers 16h00 si vous avez une petite faim : prenez une galette ou des mini galettes. Ouvrez le pot de tarama. À l’aide d’un couteau étalez le tarama sur les galettes. Mangez. C’est de folie !

Je le sens bien ce Pessah ! Je vous embrasse Hag Sameah. À très vite.

Pour commander mon dernier roman : https://www.junes-davis.com/produit/le-gang-de-brooklyn/

Related posts

Et sinon c’était comment tes vacances Junes Davis ?

Junes Davis

Couple et confinement ! Petit guide de survie.

Junes Davis

Faut-il forcer un enfant à manger le repas de sa mère (pour éviter qu’elle se pende ?)

Junes Davis

1 comment

Simone 22 mars 2021 at 6 06 13 03133

Coucou!
Tellement agréable et reposant de te lire! Merci

Reply

Leave a Comment

0
    0
    Votre Panier
    Votre panier est videRetourner à la boutique
    ×

    Powered by WhatsApp Chat

    × Comment puis-je vous aider ?