Junes Davis

A la une Chroniques

La VDM de mes vacances Mégevannes !

Je suis à Megève. Je regarde mes enfants faire de la patinoire. Le premier jour, j’ai été bannie par mes projets-nitures parce que je me tenais de manière un peu trop désespérée à un dauphin bleu en plastique pour ne pas perdre l’équilibre et me casser une jambe. Les ingrats m’ont dit que je leur faisais honte et m’ont priés de quitter la glace. Depuis leur naissance, je vie dans la peur qu’il m’arrive un truc et qu’après je ne pourrai plus m’occuper d’eux ! Fifille 1 qui me suit comme mon ombre et me réclame de l’eau ! Tu connais quand tes enfants te prennent pour une magicienne, quand ils pensent que tu vas faire apparaître ce dont ils ont besoin à la seconde près. Je lui dis qu’à moins de s’abreuver de la glace au sol, je ne vois pas d’autres sources à l’horizon. En mère ultra organisée qui ne sort qu’avec un tout petit sac, pour étancher sa subite je prévois d’aller au petit casino à côté ou…. Encore mieux ! 

–     Viens, on va se poser en terrasse et boire un petit truc.

–     Ils auront de l’eau ? 

–     Mais oui ! Allez viens. 

Accroché à son téléphone, à coup de grands signes, je préviens le mari que je me téléporte à la terrasse en face de la patinoire. La mini moi me réclame encore et encore de l’eau. J’accoste la serveuse. En réponse, elle me demande ce que je veux boire. Avec un grand sourire elle me dit qu’ils ont une spécialité : le cappuccino avec de la chantilly saupoudré de cacao. Oy ! Ça a l’air ouf. Depuis 3 jours, je ne me nourris que de boîtes de sardines, de thon, de feuilles de salades pour cause de Cacherout aiguë. Question kiffe, on est sur les gâteaux Schneider en forme d’animaux au choco, donc on est pas large, quoi ! Je me dis « Allez un petit écart de chantilly, y a pas mort d’hommes hein et puis y a pas un feuj à l’horizon. Avec tous les efforts que je fais, je mérite mon petit kiffe ! »

–       Du coup, je vais prendre votre spécialité mais vous me mettrez la chantilly saupoudrée de cacao à part dans un petit récipient. 

Elle ne comprend pas trop pourquoi et disparaît. Comme nous le savons, D. est le créateur par excellence de l’humour et Il va me donner une bonne leçon.

En attendant ma commande, je regarde les petits sur la glace. Mon grand vient de s’éclater les genoux. Fifille 2 se moque de lui. Il se met à la courser. Ouf ! Tout va bien. Le mari toujours au téléphone avec mon père qui lui parle de je ne sais pas quoi, mon cappuccino arrive avec le petit pot de chantilly à côté. Je plonge ma cuillère dans la crème fouettée quand une jeune femme pile assise en sur la table d’à côté (depuis quand est-elle arrivée ? Pourtant j’avais zieuté de droite à gauche !) :

–     Bonjour, c’est pas vous qui écrivez des bouquins ? Vous êtes pas l’auteure Junes Davis et la sœur du Rabbin Cohen. 

La première bouchée avalée de travers, je repose le petit pot et m’adresse à D. : 

–     Ça va, j’ai compris ! Même ça je peux pas ! 

Je souris à la jeune femme et lui explique que je suis sa fille. S’ensuit un quiproquo de malade car en fait, elle parlait de mon frère Rabbin alors que moi je parlais de mon père. Bref. On se met à discuter toutes les deux et on kiffe ! On décide de se revoir le week-end même, avec la promesse que l’on va se fera un brunch (D’ailleurs New York me manque beaucoup pour ça !)

Combien de chances, de me retrouver en face de cette nouvelle copina ? Une sur 1000 !

C’est marrant, parce que plus j’avance dans la vie et plus je me rends compte de deux choses : La première c’est que si on veut manger pas Cacher, faut se planquer ! Ne prenez aucun risque ! Je rigole toute seule ! Non, en vrai, c’est qu’il faut faire tout le temps attention. Pas seulement pour soi, mais aussi pour les autres. Le « Je m’en fiche des autres ! » marche pas sur ce coup-là !

A partir du moment où tu portes une jupe longue tu deviens malgré toi, une référence ! Et même si l’habit ne fait pas la religieuse et qu’on est loin d’être parfait, un minimum syndical s’impose. T’as pas le choix !

La deuxième mais qui n’a rien à voir avec ma chronique du jour mais que je devais placer : faire toujours signer un contrat lors des partenariats Instagram ou pour un autre travail, même petit, sinon tu as 1000 chances sur 1000 chances de l’avoir dans le baba. C’est pas juste mais ça t’apprend à T’imposer et TE valoriser ! T’as pas le choix Sister ! Tout comme manger Cacher, dans certains domaines, tu ne peux pas t’en fiches des autres quand tu dépends des autres et que les autres dépendent de toi !

C’était la fin de l’histoire de Tata Junes. Si toi aussi il t’est arrivé un truc pareil, n’hésites pas à m’écrire pour te confesser. N’oublie pas que je porte la robe moi aussi ! 

Je vous mets ici le lien de la chronique de mercredi qui est déjà sur le blog :

https://www.junes-davis.com/2021/12/27/comment-personnaliser-et-reparer-sa-perruque/

BISOUS ! 

Related posts

RECETTES DE HANNOUKA (UN PEU DÉJANTÉE).

Junes Davis

Quand chez toi, c’est l’opposé de La famille Ricoré

Junes Davis

Quand y a presque le feu chez Junes Davis…

Junes Davis

Leave a Comment

0
    0
    Votre Panier
    Votre panier est videRetourner à la boutique
    ×

    Powered by WhatsApp Chat

    × Comment puis-je vous aider ?