Junes Davis

A la une Chroniques

Dyslexique, nulle en orthographe et pourtant écrivain !

Dyslexique, nulle en orthographe et pourtant écrivain !

Petite, j’étais toujours assise au fond de la classe. On me mettait souvent au dernier rang parce qu’en France quand tu as des difficultés scolaires (que t’es nulle quoi), on te classe par ton niveau ! Dans ma tête les mots que j’entendais de mes maîtresses je les comprenais. Les phrases des énoncés, je les comprenais aussi mais le tout mis ensemble à la suite des autres, j’avais l’impression que tout était toujours trop serré pour ma tête. Je comprenais sans comprendre et essayais de faire ce que l’on me demandait sans savoir ce que l’on me voulait vraiment.

Et puis à 12 ans, ma prof d’anglais évoquait à ma mère le fameux “al” :
– Al ? Al quoi ?
– Au lieu d’écrire “la” elle écrit “al”.
– Et ?
– Votre fille est dyslexique. Je pense qu’elle devrait être suivie par un orthophoniste !
– Elle est déjà suivie par un orthodontiste. Avec son père, on a préféré investir dans ses dents.
– Mais la formation correcte des mots est tout aussi importante qu’une bonne dentition.
– Sûrement mais depuis longtemps on a compris qu’il valait qu’elle se trouve un mari riche !

En grandissant, les mots et les phrases étaient devenus si étroits dans mon esprit qu’ après avoir redoublé une fois la 3e, et autre fois la seconde, il était temps de prendre son envol vers le vrai monde, qui était…. Le monde de la pub ! Le monde de la com ! Le monde ou les ordres se résumaient à publier des encarts publicitaires dans les pages jaunes (l’ancêtre de Google) sans trop se faire encastrer par les clients.

Et puis plus rien… rien ne remuer plus dans ma tête, comme si tout avait été anesthésié. J’ai cravaché pour obtenir des contrats. Je me suis effectivement mariée avec un homme riche … comme quoi quatre ans de soins dentaires acharnés ça finit par payer !
Les mots et les phrases ne résonnaient toujours pas et il y a eu New York. The American dream come true.

Comme les lumières de Times squares, tout a recommencé à s’illuminer dans mes yeux, dans ma tête et dans mon esprit. Bien que fâchée, j’ai de nouveau utilisé des sujets et des verbes pour écrire, écrire et encore écrire ce que je vivais. Et j’ai osé publier ! Mes histoires étaient certes sympas mais mes mots étaient trop estrophiés de fautes d’orthographe. Il manquait des « s », des « es », des accords. On pouvait lire « orthofonie » et c’était monstrueux ! En lisant, beaucoup de mes lecteurs riaient de mes articles mais saignaient des yeux à la fois. Au bout de toutes ces remarques, j’ai essayé d’aller au -delà du « je n’aurai jamais dû écrire », « Dis donc les gens, ils y vont pas de main morte ! Ma foi, ils sont très vivants et virulents même ! », « Ah carrément ! Je devrai me contenter de poser pour des fringues et de ne plus jamais toucher un clavier de ma vie ». Tout ceci aurait pu me dégommer mais non, la tête dans les nuages je continuais. Puis, il y a eu le conseil d’une amie :
-Prend une correctrice professionnelle et ton problème sera réglé.

Conseil que j’ai suivi. Armée de son besherelle, celle qui est devenue l’une de mes meilleures amies a pansé, bandé, rafistolé mes mots ébréchés. Comme une bonne infirmière, elle s’est occupée de remettre sur pieds certaines phrases tout en gardant mon style. Elle et moi, avons donné vie à des histoires qui n’attendaient que notre duo pour être écrites, publiées et lues ! Depuis, les mots et les phrases dansent dans ma tête. Plus rien n’est trop serré. La barrière n’était en réalité que les portes de l’imaginaire qui demandaient seulement d’être poussées pour découvrir un monde unique où découle beaucoup de joie !
Alors à tous les enfants, les parents qui s’inquiètent d’être ou d’avoir un enfant dyslexique, aller chez l’ orthodontiste plutôt que « l’orthofoniste » ! Je plaisante. Les deux ça vaut le coup sur la durée mais n’oubliez jamais que cette différence/ et non cet échec, hein…. est le tempo dont vous avez besoin pour danser avec les mots, chanter avec les phrases pour vous emmener vers un monde où vous pouvez être moins bon dans certains trucs et devenir méga super dans d’autres. Il faut juste du temps et beaucoup beaucoup d’amour pour votre enfant afin de l’aider à grandir et pour vous même car vous êtes vous aussi méga super !

A bon entendeur !

Pour commander l’un de mes 7 romans ( qui ne contiennent pas de fautes 🤓), ci-joint le lien https://www.junes-davis.com/boutique-mes-livres/

Related posts

Mes résolutions pour Rosh Hachana 2019- 5779

Junes Davis

La Puissance du Perek Chira

Junes Davis

La Tsedaka, OK, mais si je n’ai pas de fric…

Junes Davis

Leave a Comment

0
    0
    Votre Panier
    Votre panier est videRetourner à la boutique
    ×

    Powered by WhatsApp Chat

    × Comment puis-je vous aider ?